23 sept. 2017

Un dino et une licorne...


Je vais mieux.
C'est un fait. 
Ce soir il me semble que je peux le dire sans avoir les larmes aux yeux parce qu'au fond de moi je sais que c'est faux. Non, je pense réellement que je vais beaucoup mieux mais je sais malgré tout que cela reste fragile, je sais à quoi cela tient et ce n'est pas grand chose.
Pour autant, c'est tout de même moi qui ai gagné et sans aide s'il vous plait !...

Du moins presque sans...

Disons qu'une personne en particulier m'a fait me rendre compte du pourquoi mon mal être, pourquoi je ne trouvais pas ma place, pourquoi j'avais l'impression que tout ce que je ressentais était faussé.

Il y a un certain temps j'étais avec un homme, mon dinosaure... Nous avons passé quelques mois ensemble et pour une raison qui n'appartiens qu'a lui, notre relation à pris fin sans que l'on mette de mots clair sur cela.
Quasiment cinq mois ce sont passé avec trois ou quatre messages à tout casser histoire de prendre des nouvelles et d'en donner mais rien de plus.
Et puis un jour...

"... Au plaisir de te revoir un jour..."
"... Tu sais, tu me manques quand même..."
"... On pourrait se revoir tu crois?..."
"... Oui..."

Voila, les choses se faisant, cela va faire un peu plus d'un mois que les choses reprennent leur place doucement.
Je ne saurais dire ou cela va nous emmener, peut-être que tout ca nous emmene droit dans le mur, peut être pas mais qui sait... Au moins on ne pourra pas nous reprocher de ne pas avoir essayer.

En attendant, il m'a permit de me rendre compte de certaines choses, sa présence, certaines de ses paroles m'ont fait relevé la tête et remonter la pente petit à petit. 
Peu importe ce qui arrive par la suite, il est de ces personnes qui font ou on fait partie de ma vie et qui y laisse leur trace.


26 juil. 2017

"Vivre, encore plus fort"


 Malgré ce besoin incensé de toujours vouloir tout controler, il y a parfois des choses qui m'échappe. C'est plus fort que moi, je ne peux m'empecher de rester bloqué sur tout ces détails qui ne font pas partie de ce que j'avais prevu et ces bêtises me trotte en tête jour et nuit, perturbe mon sommeil, mes rêves et mes pensées quasi non stop au point de prendre une place bien trop importante, au point de me couper l'appétit ou de me rendre malade.

Il y a ce petit bloc note dans ma bibliotheque ou je note parfois ces détails afin de pouvoir ne plus y pensé quelques instants. Il y a aussi ici ou je peux un peu mettre ce que je souhaite (ne me demandez pas comment je choisis ce que j'écris ou, je fais selon mon instinct) et il y a aussi une méthode que ceux qui me connaissent déteste au plus haut point mais qui est parfois la toute derniere solution avant que mon cerveau n'explose.

Depuis deux semaines, peu importe la méthode, que ce soit celles citées au dessus ou en me noyant dans le travail je n'arrive plus à passer outre ces détails insignifiants.
Il est bien beau de dire qu'il faut vivre et avancer quoiqu'il arrive mais j'oublie parfois qu'il est plus facile de dire les choses que de les faire.
On m'a dit que j'avais besoin d'aide, que cette fois je ne m'en sortirais pas avec mes belles paroles et mes sourires. Je pense que ces personnes ont tord.

Oui, je pleure pour un rien.
Oui, sortir de chez moi me provoque de l'angoisse et des nausées.
Oui, mes migraines prennent le dessus la plupart du temps.
D'accord je me cache au travail lorsque les larmes arrivent.
Okay mon estomac ne retiens plus grand chose.

MAIS

Non, je ne laisserais pas les larmes gagner.
Je passerais au dessus de mes angoisses.
La fatigue ne m'empechera pas d'ouvrir la porte pour sortir.
Je me battrais contre moi même, contre le monde entier s'il le faut.
Je me forcerais à aller au travail,a voir du monde, à avaler plus que quelques cappucinos.
Je n'ai besoin de personne pour me battre et tant pis si je craque.

Laissez moi pleuré toutes les larmes de mon corps même si elles n'ont aucune raisons d'être. Ne me demander pas si ca va et faites avec mes sourires pour le moment. Ne tenez pas compte de mon teint pâle et de ma fatigue.
Peu importe que je me rende malade ou que je gagne quelques cicatrices en me battant contre tout ca du moment que j'y arrive.
Je ne comprend pas ce qui se passe, je ne sais pas pourquoi je suis dans cet état et je n'ai pas envie de le savoir et de le comprendre.

Chaque matin je regarde mon bras et me rappel pourquoi j'ai ce tatouage. 
Tout les jours mes yeux se posent dessus, j'inspire une bonne fois et repousse les draps.
Il est difficile de se forcer à sortir du lit mais je m'interdis d'être faible.
Interdit de craquer.
On releve la tête, on respire, on sourit et on se dit qu'il faut vivre, vivre encore plus fort. 


9 juil. 2017

Souvenirs, souvenirs...


Hier j'ai été à la Japan Expo avec mon frere... Outre le fait que nous étions en Mario et Luigi (photos sur mon Insta' pour ceux que ca interesse: nodokasensei), que nous avons beaucoup rigolé et que j'ai fais quelques rencontre sympa, ce qui m'a le plus marqué, ce sont les souvenirs qui me sont revenues.
Cela faisait quelques années que je n'y avais pas mis les pieds et c'etait comme revivre ma premiere rencontre avec ma meilleure amie, avec les personnes qui faisaient partie du forum ou nous avons appris a nous connaitre. 
J'étais dans une euphorie totale, je n'ai eu aucune honte à avoir 25 ans et à etre la, en cospay, a faire des calins aux gens tout simplement parce que j'étais bien, bien et heureuse d'être la.

C'est surement stupide aux yeux de beaucoup ce que j'exprime la mais pour moi ca a une certaine importance.
Eisou, que j'ai rencontré pour la premiere fois la bas est une des seules personnes aujourd'hui a savoir et comprendre qui je suis vraiment. En y allant il y a quelques années, j'ai eu la chance de découvrir quelqu'un d'incroyable, de gentille, adorable et tout ce qui va avec. 
Certes, les années passent, nos univers, nos caracteres, nos vies changent et on est différentes de cette premiere rencontre mais nos sentiments l'une envers l'autre eux ne changent pas et au contraire, je pense, se renforcent justement parce que nous avancons chacune à notre maniere et que la vision de l'une complete celle de l'autre.

La meme année, au même endroit, je me souviens que c'etait le tout début de mon histoire avec Plout (il m'a dit qu'il continuait à passer ici parfois alors... Si tu lis ceci, je suppose que ca te fera sourire de te souvenir ^^). C'etait... Les premiers temps, le tout début, le flirt. Ce moment ou on essaye de faire attention, ou on se demande ou l'on va, ce qu'il se passera... Ou pas.
Le détail dont je me rappelle c'est d'avoir mis expres une certaine sorte de collant parce qu'il m'avait dit qu'il aimait bien et finalement il n'avait même pas remarqué ! LOL.
Il me revient aussi en mémoire que je passais quasiment mon temps à le chercher du regard lorsque je faisais le tour de la convention avec Eisou parce que... Parce que j'avais simplement envie de le voir, de le croiser et j'esperais avoir un sourire, un regard de sa part... Bon et aussi faire profiter mes yeux d'un petit plaisir :p.

Cette Japan Expo il y a quelques années, c'etait moi en version differente. Plus jeune, plus ronde, moins serieuse et peut être déja trop pourtant, moins coloré... 
Je ne regrette absolument pas ces années qui sont passées et lorsque je me regarde aujourd'hui dans le miroir, quand je revois les photos et vidéos que j'ai pu faire avec mon frere hier je me reprend à sourire et à penser à tout ce temps que j'ai perdue à pleuré, à me demander ce que j'allais faire de ma vie. Pourquoi? A quoi bon se sentir mal quand au final, lorsqu'on y réfléchis on ne se souviens plus de ce qui nous perturbait à ce moment la, a quoi cela sert il de perdre autant de temps à se dire malheureux alors que finalement, ce qui nous reste en tête des années plus tard ce ne sont que les bons moments et les souvenirs agréable? 

Plus j'y pense, plus j'avance et plus je vis certaines choses plus je me dis qu'il faut arrêter de réfléchir. 
Je n'ai plus envie de ca, plus envie de faire d'efforts, de me battre, de devoir prendre sur moi pour beaucoup de choses. 
Non, je veux seulement vivre, sans renier mes principes, sans renié ce que je suis, sans oublier qui je suis et ceux qui m'ont justement permis d'être cette personnes.

Vivre, la tête haute et avec le sourire.
Peu importe les obstacles, peu importe les bâtons dans les roues.
Vivre et c'est tout.


3 juin 2017

Dancing in the dark dit Rihanna...


 Apres moultes aventures, de nombreuses pensées, quelques idées et une remise en question de mon fonctionnement j'avance doucement mais surement dans ma bulle, dans cette boucle qu'est ma vie. Tant pis si je finis par revenir au point d'arrivée, il y a des moments ou il faudrait peut etre que je cesse de penser.

En attendant, je suis dans une phase ou j'ai envie de faire certaines choses différement. Une histoire qui n'a pas fonctionné, un surplus de travail et de pensées, une distance avec la famille, des décisions pleines de questions... Je ferme les yeux, inspire à fond et lorsque je les ouvrents de nouveau c'est comme si le brouillard c'etait éloigné quelques instants.
Je me rend compte que même si je souffre encore par rapport à certaines blessures j'arrive tout de même à dire non à des choses qui pourraient les rouvrir alors que normalement je me serais précipité en esperant que la situation qui ressemble tellement à celle qui m'a blesser finirait peut être par atténuer la douleur alors que... Pas du tout.
Alors je dis non et c'est fou comme ca me fait du bien de pouvoir le faire.

Sans dire que je me sens réellement bien, je crois que c'est déja pas mal, savoir que je suis capable de faire quelques pas en avant, me rendre compte que je change peut être un peu.

Robe: H&M
Top: Primark
Jupon: Sammydress
Collant: Offbrand
Chaussettes: Offbrand
Chemisier: Action
Ceinture: Offbrand
Shoes: Offbrand

Robe: Sammydress
Top: Primark
Collant: Offbrand
Chaussettes: Offbrand
Shoes: Offbrand


Robe: Cupcake Cult
Top: Kiabi
Collant: Offbrand
Chaussettes: Offbrand
Chemisier: Kiabi
Shoes:Primark


Robe: Second hand
Top: Primark
Collant: Primark
Shoes: Offbrand


Top: Asos
Legging: Second Hand
Shoes: Offbrand


 
Robe: Sammydress
Top: Primark
Collant: Offbrand
Ceinture: Offbrand
Shoes: Offbrand


8 avr. 2017

A 3h du matin...

Est il bon de craqué? Est il bon de se laisser aller?
Mettre la musique à fond un soir, se glisser dans des paroles qui nous touchent sans pour autant nous correspondre, se mettre à pleuré et se rendre compte qu'on était finalement à fleur de peau malgré les sourires, malgré les "ça va" et tout ce qui va avec.

Faut il une goutte de trop pour se rendre compte que finalement non, ça ne va pas si bien? Ne peut on pas sentir à l'avance que les choses ne filent pas droit?
La question se pose, pourquoi une seule petite chose peut-elle réussir à nous faire retomber alors que jusque la on tenait le coup, on se battait peu importe ce qu'il se passait?

Je tortille une mèche de cheveux, regarde autour de moi et me rend compte que je chantonne entre deux phrases.
J'en ai oublié pourquoi j'avais besoin d'écrire, pourquoi à 3h du matin j'ai ressentie le besoin d'ouvrir mon pc et de venir poster ici.
Écrire un journal intime n'est pas trop ce qui me correspond. Quelques mots, quelques bout de phrases jetée à la va vite dans un cahier, cacher mais pas tout a fait. Le sortir de temps en temps quand il y a vraiment des choses qui ne regarde que soit, qu'on ne veut pas partager, qu'on imagine pas partager que ce soit parce qu'on trouve ça sans intérêt ou parce qu'on à peur de passer pour une enfant.

Les images, les visages, les moments, les gens se mélangent dans mes pensées. Ça défile encore et encore et chaque fois cela amène toujours plus de questions.
Voir les gens évoluer, avancer et avoir l'impression de rester la, bloqué par on ne sait quoi, bloqué parce que la vie ne veux pas tout simplement.
Entendre les autres dire chaque jour que c'est n'importe quoi, que bien sur on a avancer, qu'il faut voir le chemin qu'on a déjà parcouru et regarder autour de soi pour... Voir qu'ils ont tord. 

Je fais une boucle, encore et encore.
Je tourne en rond, c'est l'impression que j'ai. Recommencer à zéro même si ça n'en a pas l'air aux yeux des gens autour.
Se replonger dans son passé pas pour le regretter mais juste parce qu'on a peur d'avancer.
Avoir peur d'avancer tout en souffrant de ne pas réussir à le faire.
Ne pas réussir à le faire parce qu'on regarde trop en arrière.

Aujourd'hui il y a une personne en particulier que j'aimerais retrouvé, les moments passé, les souvenirs qu'ils me restent, les images encore présentent.
Plus il y a de choses qui se passent dans ma vie et plus j'ai envie d'entreprendre la recherche.
Il m'a apprit qu'il ne fallait jamais rien regretté et pourtant je le regrette.
Peut être que j'idéalise trop.
Peut être que je serais déçu.
Peut être... Peut être que je me tracasse trop pour rien et que ça ne sert à rien.
Peut être que je ne me lancerais jamais et que je continuerais à regarder derrière moi en me plaignant de ne pas réussir à avancer.



30 mars 2017

Tenues du jour


Depuis quelques jours je recommence à prendre en photo mes tenues de la journée tout simplement parce que de une j'ai tendance à les poster sur instagram et de deux parce qu'il faut redonné un peu de boost au forum en postant de nouveau.

Oh et puis... En ce moment j'ai envie de me remettre totalement dans mon univers, sans penser à me limiter dans ce que je souhaite/peux porter ou pas à cause du regard des autres.
Avec le boulot, je m'étais mise à faire attention à tout parce que je risque souvent de croisé des parents ou d'autres personnes du milieu dans ma vie de tout les jours mais... Ça voulait dire me retenir d'être ce que je suis dans ma vie privée pour ne pas que ça est un impact sur ma vie pro... NIET !

Il me faut apprendre à séparer mon travail de ma vie perso' et malgré le fait que je croise des enfants avec qui j'ai pu travaillé dans la rue ou des personnes avec qui je risque de le faire dans ma formation je n'ai absolument plus envie de me cacher.
Et puis... J'ai la chance d'être dans une école ou mon univers n'a aucun impact sur ce que les gens pensent de moi (à part certaines personnes mais il y a des cons partout et ils sont rare la bas) c'est même le contraire.
Je crois que je n'ai jamais été autant complimenté ou félicité d'être juste... Moi ! ^^

Ça fait vraiment du bien car au final, quand on y pense, les personnes que je croise la bas sont mes futurs collègues et ça soulage de savoir qu'ils n'auront aucun a priori étant donné qu'ils me connaissent =).

Tenue de jeudi 23 mars...
Top: Primark
Robe: H&M
Ceinture: Offbrand
Collant: Offbrand
Shoes: Offbrand


Tenue de vendredi 24 mars...
Top: Offbrand
Robe: Bodyline
Jupon: Ebay
Chemisier: Kiabi
Collant: Offbrand
Shoes: Offbrand


Tenue de mardi 28 mars...
Top: Primark
Robe: Yesstyle
Ceinture: Offbrand
Collant: Pamela Mann
Chemisier: Action
Shoes: Offbrand


28 mars 2017

Pas de pitié !


Et hop !
Pas de pitié, on efface tout et on recommence... Encore une fois.

En fait, chaque fois que j'entame une nouvelle page de ma vie ou que des changements important surviennent j'ai tendance à tout redémarrer ici. J'aime assez me dire que quitte à ne pas pouvoir le faire en vrai je peux le faire sur ce blog. C'est comme... Pouvoir déchirer les pages d'un journal intime et les faire brûler parce qu'on est complètement différent de tout ce que l'on a pu y écrire avant.

Une formation, un appartement, (beaucoup) de kilos en moins (pas encore assez à mon goût) et quelques personnes en plus dans ma vie (histoire de remplacé ceux qui ont décidé d'en sortir) ont apporté pas mal de nouveautés à ce que je suis aujourd'hui.

Mon univers, sans être totalement changé à évolué.
Ma personnalité aussi quoique j'en dise.
Mon caractère peut être un peu.
Ma sensibilité est toujours bien présente, parfois trop je dois le dire.
Mes peurs, mes envies, mes coups de cœur et mes coups de gueules sont différents et peut-être qu'au final, cela fait de moi une personne différente.

Depuis quelques jours je me pose pas mal de questions sur ce que je suis, ce que je devrais être aux yeux des autres, ce que je veux être au fond et lorsque je discute avec certaines personnes sur les avancées que je peux avoir ou pas dans ma vie, lorsque je vois comment certaines des personnes de mon passé ont fait comme bond en avant, j'ai peur d'être coincé la, au bout d'un chemin qui donne sur plusieurs routes et je ne sais absolument pas vers laquelle me dirigé.
Par peur, à cause de mon obstination ou parce que je ne pense pas être comme il faut je ne le sais pas.

Je crois qu'au fond, malgré un attachement certain pour quelques personnes, malgré l'avis que ceux qui m'entourent peuvent avoir, malgré les chaînes qu'on essaye de me mettre chaque jour, j'ai seulement envie de vivre comme j'en ai envie.
Pouvoir décidé de ce que je souhaite faire sans avoir à me soucier de la couleur de mes cheveux ou de si je porte des pantalons. Sans devoir décidé de ce qu'il est acceptable de dire/faire ou pas.

Être soi même est un cap important. Réussir à faire ce premier pas est plus difficile qu'on ne le pense même si l'on croit avoir réussie.
Mais finalement, qu'est ce que cela représente d'être soi même? Est ce une manière de parler ou de se comporter? Ou bien est-ce une simple façon de voir les choses et d'accepter de les voir ainsi?

(Au fait, j'ai Insta': nodokasensei)